Capture d’écran 2021-12-24 à 12.59.22.png

Kratt, l'ombre d'un météore  

MATHIEU ARCHAMBAULT DE BEAUNE,  STESSIE AUDRAS, VICTOIRE BARBOT, LOUIS DASSE, VICTORIA DAVID, FRANÇOIS DEHOUX, DENIS DUBOIS, LENA GAYAUD, FANNY GICQUEL, AEXANDRE KATO, ROMAIN LOMBARDO, KAZUO MARSDEN, OPALE MIRMAN, NICOLAS NICOLINI, THEO OUAKI, MANOELA PRATES, KARINE ROUGIER, VINCENT-MICHAEL VALLET 
 

Dans Les groseilles de Novembre de l’auteur estonien Andrus Kivirähk, on rencontre les kratt(s). Formés à partir de matériaux vernaculaires et objets domestiques, les Kratt(s) sont des figures folkloriques chapardeuses qui rapportent à leurs propriétaires les choses désirées.

Chaque œuvre, chaque artiste invité.e étant l’une des pièces qui composent et donnent à l’exposition une forme propre et singulière ; cette dernière devient notre kratt commun. Inspirée par cet univers qui condense à la fois les fantasmes des croyances passées et actuelles, l’exposition offre une déambulation entre conte et roman, réalité et fiction. Les œuvres sont autant décors, personnages et actions qui permettent au 9 étage de devenir un espace fécond, truculent à la façon de Bosch, populaire à la manière de Brueghel.

Depuis ce mythe lorsqu’une une météorite traverse le ciel, les estoniens voient un kratt en train de disparaître. L’ombre d’un météore est donc la réalité physique du kratt. Comme toute chose précieuse, elle ne se révèle que rarement. Elle reste hors du temps. Trop rapide, elle échappe à tout ce qui marque une époque ; et en poursuivant sa route dans sa folle vitesse, on se demande si elle ne voudrait pas non plus échapper à la sienne.

Capture d’écran 2021-12-24 à 13.25.37.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.26.22.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.29.20.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.28.11.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.29.59.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.29.46.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.29.08.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.28.53.png
Capture d’écran 2021-12-24 à 13.26.02.png