Capture d’écran 2021-09-01 à 18.55.13.png

 Machine ronde 

 RAPHAËL BARROIS, ELSA BELBACHA-LARDY,

 FANNY GICQUEL, ANDRÉA LE GUELLEC,

 GUANGLI LIU,  VINCENT-MICHAËL VALLET 

 

« Machine Ronde » est une expression trouvée dans une fable. Si elle renvoie à la planète terre, c’est avant tout la réunion de ces deux mots, presque antinomiques, qui nous a arrêté. La machine est une exposition, elle est ce qui produit un travail, une pensée, mais c’est un objet autonome, coupé du monde et énergivore. Une machine ronde serait son contraire, son amélioration, osons dire, son idéal. Elle se mettrait en mouvement de façon inattendue, produisant une énergie mécanique suffisante pour ne pas s’arrêter. Nous avons rêvé l’exposition comme tel. Une initiative capable de produire sa propre énergie. Une croyance dans l’indéfini pour varier les vitesses et modifier les perspectives. Comme tout événement, il est toujours question d’un raccourci pour illustrer une idée du monde. Mais en supprimant un propos préambule, en évitant de tisser les rouages d’un fonctionnement abscons, elle devient un tout. Un ensemble, un potentiel d’échec et de réussite. C’est pourquoi on y relèvera des vérités et des mensonges. On y entendra des récits et des réalités, nombreuses. Comment, d’un détail d’une fable, en écrire une nouvelle ?

Elsa-Belbacha-Lardy.jpeg
Andrea-Le-Guellec.jpeg
Raphaël-Barrois.jpeg
Vincent-Michaël-Vallet.jpeg
Guangli-Liu.jpeg
Fanny-Gicquel.jpeg