tumblr_236c0a20cfeaf796faddadb53eb43727_1270c2dd_500.png

 Recel de feuilles... de LOUISE RAUSCHENBACH 

 

Louise Rauschenbach puise en partie son inspiration dans la culture populaire, aussi bien pour les couleurs vives qu’elle emploie que les images dont elle se sert. En parallèle, il faudra ajouter à cette sensibilité une affection particulière pour la récupération et le recyclage. Ce dernier se fera le plus souvent au service d’un détournement, d’un ré-emploi l’éloignant de sa fonction de détritus pour le ramener dans le champ du mobilier, du public au domestique. Si aujourd’hui un châssis sert à la structure, demain, il pourra devenir un socle. Le carton peint qui gît au sol est autant tapis que peinture dans un futur proche. Les installations prennent alors la forme d’un bric-à-brac de geek et d'un univers apocalyptique ; comme la cabane que l’on se construisait enfant. Précaire mais suffisant pour s’y consacrer pendant plusieurs journées ; toujours en vue de la future aventure que l’on pourra y vivre. Quelques années plus tard, on joue certainement différemment. Cette cabane que devient-elle en vieillissant ? Et si c’était là l’enfance d’une œuvre d’art, sa genèse ? 

Lorsque l’on voit les installations de Louise Rauschenbach, on se demande si être artiste ce n’est pas attribuer aux objets que l’on aime, un nouveau rôle ? Pour qu’eux aussi aient l’opportunité d’avoir plusieurs vies. Quelle chance alors lorsque l’artiste se donne l’autorisation de jouer l’artiste.

tumblr_0bf696fe147b59e0d469e4bb56d5308c_22b297d9_1280.png
tumblr_b9ece2dcae5093c449c90e59203f340e_7ca16564_1280.png
tumblr_ed1c381790d4fba71a1977f49054699a_3c07f4fa_540.png
tumblr_b47bfdee705f38049a187e8f3b4be103_acb4b9b6_540.png
tumblr_5110c8eda728dae66d45d2e14b4b78a8_a862054f_540.png